dimanche 3 avril 2011

Mais le fleuve tuera l'homme blanc

Mais le soleil tuera l'homme blanc,
Mais la lune tuera l'homme blanc,
Mais le sorcier tuera l'homme blanc,
Mais le tigre tuera l'homme blanc,
Mais le crocodile tuera l'homme blanc,
Mais l'éléphant tuera l'homme blanc,
Mais le fleuve tuera l'homme blanc.
(Chanson populaire congolaise, fin XIXe siècle)


Trois bonnes raisons d'aimer ce gros roman de Patrick Besson :
- je l'ai acheté à Brazzaville, lieu où se situe la majeure partie de l'action
- le titre est absolument génial
- la première moitié est vive, enlevée, captivante.


2 commentaires:

vgranier a dit…

Il prend la poussière depuis des mois sur mon étagère... que vaut la deuxième moitié ?

Appollo a dit…

La deuxième moitié est moins vive, moins enlevée, moins captivante. Mais lis-le quand même, c'est pas mal.